Immobilier
de particulier à particulier

Immobilier : le boom de 2016 se poursuivra-t-il en 2017 ?

15 Février 2017 - Grâce aux taux d'intérêt très compétitifs, les ventes de logements ont fortement augmenté dans l'ancien et le neuf en 2016. Sans oublier le prêt à taux zéro qui a augmenté le pouvoir d'achat des acquéreurs.

2016 devrait être un bon millésime pour l’immobilier. Les marchés du neuf et de l’ancien ont en effet enregistré une activité élevée l’an dernier selon la note de conjoncture du Crédit Foncier. 

Le succès du prêt à taux zéro. Quelque 843.000 logements ont été vendus à la fin octobre 2016 dans l’ancien selon les notaires, soit un chiffre en hausse de 9% par rapport à la même période en 2015. Une croissance alimentée par les taux d’intérêt particulièrement attractifs et par des conditions d’octroi des banques plus favorables aux ménages les plus modestes y compris les primo-accédants. Sans oublier l’élargissement et l’assouplissement des règles d’accès au prêt à taux zéro (PTZ).

Prix en hausse en Ile-de-France. Cette demande soutenue a tiré les prix de l’immobilier vers le haut en Ile-de-France et dans les secteurs les plus recherchés en régions. Au 3e trimestre 2016, ils ont ainsi augmenté de 2,2% en région parisienne selon les notaires et de 1,5% en province. Mais cette inflation n’a pas impacté de la même manière les biens. Alors qu’en Ile-de-France, la hausse a été plus forte pour les appartements (+ 2,6%) que pour les maisons (+ 1,2%), la tendance est inversée en régions. Ce sont en effet les maisons qui voient leur prix progresser davantage (+ 2,1%) que les appartements (+ 0,3%).

Le succès de la loi Pinel. L’immobilier neuf a lui aussi connu une bonne année 2016. Plus de 118.400 logements ont été en effet réservés d’octobre 2015 à septembre 2016, soit un bond de 17,4% par rapport à la période octobre 2014-septembre 2015. La promotion immobilière a profité de l’engouement des investisseurs pour la loi Pinel et des primo-accédants pour le PTZ, ce dernier ayant dopé leur pouvoir d’achat immobilier. Cette demande particulièrement dynamique n’a pas souffert de la hausse des prix des logements. Les appartements accusent en effet une progression de 2,3%, soit 3.988 €/m² au 3e trimestre 2016 quand celle des maisons s’élève à 6,6% s’établissant à 262.40 €.

La maison a la cote. Les constructeurs de maisons individuelles peuvent afficher un large sourire ! Plus de 130.000 maisons devraient être vendues en 2016 selon l’indicateur Markemetron, soit une hausse de 17% par rapport à 2015. Une activité dynamique qui ne permet pas cependant de renouer avec les volumes enregistrés dans les années 2010 et 2011 avec respectivement 160.600 et 143.300 ventes. Ce sont surtout les ménages modestes qui ont été les plus actifs grâce au PTZ qui les a incités à quitter le parc locatif pour devenir propriétaires de leur résidence principale.

Et 2017 ? La dynamique enclenchée en 2016 devrait se poursuivre cette année. « Les taux d’intérêt, en dépit d’une hausse qui devrait être progressive (jusqu’à 1,80 en fin d’année), resteront à des niveaux très faibles et continueront avec les dispositifs publics à soutenir le marché », analyse Bruno Deletré, directeur général du Crédit Foncier qui table sur 404.000 logements construits, soit une hausse de 6% et sur 830.000 transactions dans l’ancien. Le banquier pronostique une hausse des prix moyenne de l’ordre de 2,8%. Si les marchés sous tensions comme ceux de la région parisienne et des grandes agglomérations devraient enregistrer une progression plus importante (+ 5%), les marchés secondaires devraient voir leur prix stagner, voire baisser.       


Publié par
© PAP.fr -