Immobilier
de particulier à particulier

Immobilier : la fiscalité locale pèse sur les emprunteurs

06 Juillet 2017 - La taxe d'habitation et la taxe foncière représentent en moyenne 173 EUR par mois pour les acquéreurs d'un appartement de 70 m². Une fiscalité locale qui correspond selon les villes à l'équivalent d'une à deux échéances de crédit supplémentaires.

La fiscalité locale est rarement prise en compte par les acquéreurs de biens immobiliers ! Une omission qui peut s’avérer très coûteuse selon les communes où l’on souhaite habiter. Car comme le rappelle l’étude réalisée par le courtier en crédits immobiliers Meilleurtaux.com, la taxe foncière et la taxe d’habitation peuvent être très différentes d’une ville à l’autre. Le courtier a en effet calculé l’impact de cette fiscalité dans le financement d’un appartement de 70 m² acheté dans dix grandes villes françaises.

Les résultats ? En 2017, les ménages doivent consacrer en moyenne 173 € chaque mois pour s’acquitter des impôts locaux, un chiffre en hausse de 8% depuis 2015 ! Pour évaluer l’impact des deux taxes sur le budget des ménages, le courtier a défini le nombre de mensualités supplémentaires nécessaires pour payer ces impôts. Et ce sont les villes du sud de la France qui sont les plus onéreuses ! A Montpellier, la fiscalité locale équivaut à 2,6 échéances, 2,5 à Marseille et 2,3 à Toulouse. A l’autre bout du classement, Paris s’affirme comme la ville la moins chère avec 0,4 mensualité, suivie de Lyon 1,2 et Nice 1,5. Mais ces villes à la fiscalité douce sont néanmoins celles où les prix de l’immobilier sont les plus élevés, 5.930 €/m² à Paris et 4.136 €/m² à Lyon, orientant à la hausse l’échéance de prêt. Dans la capitale, celle-ci s’élève ainsi à 3.154 € fiscalité incluse. A Lyon, cette dernière atteint en revanche à 1.556 €.

© meilleur taux

La suppression de la taxe d’habitation ajournée
Promise par le candidat Emmanuel Macron lors de la campagne électorale, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, a été finalement repoussée à 2022 par le nouveau Président de la République en quête d’économies. Les acquéreurs devront donc continuer à s’acquitter de ces deux impôts qui risquent d’ailleurs d’augmenter car les dotations de fonctionnement versées par l’Etat aux communes devraient encore diminuer à l’avenir. Les villes seront donc tentées d’utiliser ces deux leviers pour générer des recettes supplémentaires. 


Publié par
© PAP.fr -