Immobilier
de particulier à particulier

Crédit : la domiciliation des salaires influence les taux

07 Juin 2017 - Les taux d'intérêt ont très peu augmenté en mai. L'ordonnance encadrant la domiciliation des salaires à partir du 1er janvier 2018 pourrait modifier la donne.

Si le marché immobilier se porte bien, c'est en grande partie dû au niveau des taux d'intérêt. Et tout semble indiquer qu'ils vont rester très attractifs pendant encore quelque temps. « Comme nous l'avions anticipé, ce mois-ci les taux varient encore très peu », indique Cécile Roquelaure, directrice communication et études d'Empruntis. Reste que les nouvelles règles de domiciliation pourraient avoir une influence à la hausse mais aussi à la baisse sur les taux consentis par les banques.

Quasi-stabilité pour le moment. Si les experts ont cru à une légère remontée des taux en début d'année, le mois de mai se caractérise par une belle stabilité. Pour Empruntis, la grande majorité des barèmes des établissements bancaires restent stables. « En mai, les taux ont progressé de 0,07 à 0,13% en fonction des durées », constate Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi.

Des taux toujours très attractifs. Toutes les banques n'ont pas répercuté ces petites hausses sur leurs tarifs les plus bas pour conserver des taux d'appel attractifs. Chez Empruntis, par exemple, pour les meilleurs profils d'emprunteurs cinq taux mini sont resté stables. Sur les durées les plus demandées, de 15 et 20 ans, ils restent à 1 et 1,30%. Seul le taux sur 30 ans augmente de 6 centimes. Pour les profils moyens, notamment sur les durées les plus courtes (7 et 10 ans), les taux diminuent de 5 centimes.

Nouvelle donne. Nouveauté à venir pour les banques et les emprunteurs dans le cadre des contrats de crédits immobiliers, une ordonnance a limité l'obligation de domiciliation de revenus à 10 ans. Cette mesure pourrait avoir des conséquences sur les marges des banques. Pour Empruntis, elles pourraient être tentées de relever leurs taux pour maintenir leurs marges, voire d'accroître les écarts entre ce que l'on appelle les profils premium et les profils plus classiques d'emprunteurs…

La domiciliation influence les taux. Comme ne manque pas de le souligner le courtier Vousfinancer, « une banque a d'ores et déjà indiqué sur son barème une réduction de 0,30% en cas de domiciliation et une majoration de 30 points de base si le client ne le souhaite pas ». D'autres banques indiquent déjà qu'une réduction est consentie et qu'en cas de cessation de domiciliation, cette réduction ne s'applique plus.

La domiciliation bancaire change à partir du 1er janvier 2018
Jusqu'à présent la plupart des acquéreurs domiciliaient leurs revenus dans la banque dans laquelle ils avaient emprunté sans que cette pratique soit obligatoire, ni encadrée. A partir du 1er janvier 2018, ce ne sera plus le cas. Comme indiqué dans l'ordonnance n°2017-1090 du 1er juin 2017, seront encadrées « les conditions dans lesquelles l'offre de crédit peut être subordonnée à une clause de domiciliation des salaires. Le prêteur doit dans ce cas consentir un avantage individualisé en contrepartie d'une telle clause ». Cette formalisation d'une pratique qui n'était pas encadrée influence déjà les offres de prêts…


Publié par
© PAP.fr -